L’Etat encourage à la formation des millions de salariés au chômage partiel

Pendant cette période difficile due au coronavirus, les entreprises peuvent se faire rembourser 100% des formations de leurs salariés en chômage partiel.

Pourquoi ? L’Etat constate que presque 9M de salariés sont au chômage partiel et ce jusqu’au 11 mai au minimum mais certainement beaucoup plus pour une bonne partie d’entre eux.

L’idée ? Utiliser ce temps de chômage subi pour se former 

Le slogan ? « former plutôt que licencier »

Comment ? Sélectionner des formations en télé-présentiel et chaque formation sera remboursée à hauteur de 1 500€ TTC par salarié

Quelles formations ? Toutes les formations sont éligibles à condition que les organismes qui vous les proposent soient « Datadock » et donc agrées par la Direccte 

Le modus operandi ? Sélectionner la formation en accord avec vos salariés et envoyer votre demande simplifiée à la Direccte. En IDF, ce sont les OPCO qui seront vos interlocuteurs mais le principe reste le même.

Si tous les éléments sont bien indiqués (nombre de salariés, définition de la formation, programme précis, coût par salarié, …), la Direccte (ou l’OPCO) vous envoie un accord par mail et la formation peut débuter

Bien entendu, la formation doit être dispensée sur le temps du chômage partiel et tous les éléments de présence et les objectifs de montée en compétence doivent être précisés mais c’est une procédure vraiment simplifiée qui a été mise en place par l’Etat.

Chez Dixer, nous avons passé toutes nos formations en télé-présentiel et chacun de nos experts sont habitués à donner leurs formations via des outils comme Zoom ou Hangout qui permettent une réelle participation des stagiaires : échanges avec le formateur, partage d’écran ou de fichiers, ….

De plus, 90% de nos formations en marketing digital sont sur 2 jours ou sur 4 demi-journées selon votre demande.

Former ses salariés est une préoccupation permanente de chaque chef d’entreprise ! Profitez de cette période difficile pour leur proposer les formations qu’ils souhaitent suivre depuis longtemps !

À lire aussi

Il y a-t-il une vie (pro) pendant le coronavirus ? (Ou comment donner au mot résilience une signification pratique)